Maladie du bec et des plumes

 

Quelle est la cause de cette maladie?

La maladie du bec et des plumes des psittacidés est causée par un virus nommé circovirus.

 

Quels oiseaux sont susceptibles?

Tous les psittacidés sont susceptibles et il semble que les oiseaux natifs de l’Ancien Monde (Australie, Asie, Afrique) soient davantage susceptibles. Généralement, cette maladie affecte les oiseaux de moins de 3 ans.

 

Comment le virus est-il transmis?

Les oiseaux s’infectent en inhalant ou ingérant le virus présent dans les selles, les sécrétions du jabot et la poudre de plumes des oiseaux infectés. Les femelles infectées peuvent transmettre le virus à leurs œufs. Les oiseaux peuvent aussi s’infecter s’ils entrent en contact avec des surfaces contaminées par le virus.

 

Quelle est la période d’incubation? 

La période d’incubation la plus courte rapportée est de 21 à 25 jours selon l’espèce, mais l’incubation de la maladie peut être supérieure à un an.

 

De quoi a l’air un oiseau infecté par le circovirus? 

Oiseaux nouveau-nés

Les oisillons peuvent développer une septicémie (bactéries dans le sang) accompagnée d’une pneumonie, une inflammation de l’intestin et une perte de poids conduisant à une mort très rapide. Ces signes sont plus souvent vus chez les cacatoès et les gris d’Afrique. Les oisillons meurent avant que des plumes anormales apparaissent.

Juvéniles durant leur première mue, après le remplacement du duvet de naissance

Ces oiseaux vont généralement présenter de l’abattement plus ou moins long, puis les plumes en développement se cassent et plient, présentent des hémorragies et tombent de façon précoce. Le manque de poudre sur les plumes peut être un signe avant-coureur, mais cela est difficile à juger car les jeunes en ont moins que les adultes. Les anomalies au niveau des plumes sont souvent très subtiles chez certaines espèces (cacatoès à huppe jaune, inséparables).

Oiseaux de 6 mois à 3 ans

Ces oiseaux développent progressivement des plumes anormales chaque fois qu’ils muent. Les plumes de duvet et de contour sont généralement affectées en premier, car leur mue est moins saisonnière. Un des premiers signes notés peut être le manque de poudre sur le plumage et sur le bec. Les plumes des ailes sont généralement les dernières affectées. Les plumes peuvent conserver leur enveloppe, être difformes et tordues, contenir des hémorragies, être cassées ou présenter des constrictions circulaires. Elles peuvent aussi être de couleur anormale. Certains oiseaux peuvent développer des becs anormaux. Les problèmes au niveau du bec peuvent survenir à n’importe quel stade de la maladie, mais surviennent plus souvent lorsque la maladie est avancée.

Adultes

La majorité des adultes infectés développe une infection transitoire. Le virus peut être détecté dans leur sang au départ, puis ils développent des anticorps contre le virus et l’éliminent. Ces oiseaux ne présentent pas de signes cliniques.

 

Comment peut-on diagnostiquer la maladie du bec et des plumes?

La maladie du bec et des plumes des psittacidés ne peut être diagnostiquée seulement en examinant les plumes des oiseaux, car plusieurs autres conditions peuvent causer des symptômes similaires. Aussi, certains oiseaux ont le virus dans leur sang sans avoir de plumes anormales.

1) Test d’ADN

Ce test est la meilleure façon de confirmer ou infirmer qu’un oiseau est infecté par le circovirus. Ce test peut être utilisé sur une plume anormale ou le sang.

Interprétation :

Un test positif chez un oiseau qui a des plumes anormales suggère que l’oiseau est infecté par le virus. Un test positif chez un oiseau qui possède un plumage normal suggère que l’oiseau est infecté de façon latente ou vient juste d’être infecté et n’a pas encore développé de plumes anormales. Ces oiseaux devraient être retestés dans 90 jours. Un test négatif indique que le virus n’a pas été détecté dans l’échantillon soumis. Des oiseaux avec une infection très sévère peuvent être négatifs parce que le test d’ADN ne fonctionne pas bien.

2) Histopathologie (étude microscopique des tissus)

Cette technique peut être utilisée chez les oiseaux qui ont des plumes anormales et testent négatif avec le test d’ADN. Une plume anormale peut être utilisée pour identifier les lésions causées par le virus dans les cellules.

 

Mon oiseau peut-il survivre au circovirus? 

Oui, certains oiseaux ont vécu 10-15 ans sans aucune plume sur le corps. Par contre, la plupart des oiseaux qui développent des plumes anormales meurent 6 mois à 1 an après l’apparition des signes cliniques. Toutefois, des perruches, des loris et des inséparables suspectés d’être infectés par le circovirus ont regagné un plumage normal sur une période de 2 à 12 mois. Ce phénomène a aussi été observé chez des Aras Macao et un Pionus, chez qui l’élimination du virus a été confirmée.

 

 Que faire si un oiseau est positif pour le circovirus dans son sang? 

Si l’oiseau a des plumes normales

  • Isoler cet oiseau. Il ne devrait pas avoir de contact avec d’autres oiseaux jusqu’à ce qu’il soit testé à nouveau.
  • Désinfecter. Le virus dans les selles et la poudre des plumes est très résistant dans l’environnement.
    L’eau de Javel est efficace pour tuer le virus. Le test d’ADN peut aussi être utilisé pour vérifier si le virus est présent dans l’environnement et pour s’assurer que la désinfection a été efficace.
  • Retester l’oiseau dans 90 jours. Si l’oiseau est toujours positif, il peut être porteur asymptomatique et pourrait développer des plumes anormales dans le futur. Il serait préférable de garder cet oiseau isolé en permanence. Si l’oiseau est négatif, cela veut dire qu’il a éliminé le virus.

Si l’oiseau a des plumes anormales

  • Isoler cet oiseau immédiatement. Il ne devrait plus jamais avoir de contact avec d’autres oiseaux. Ces oiseaux peuvent vivre relativement normalement et ce, pour une période plus ou moins prolongée, s’ils sont maintenus dans un environnement avec un minimum de stress.
  • Désinfecter.

ATTENTION: Il est très important de se rappeler que les oiseaux infectés relâchent une énorme quantité de virus dans la poussière de leurs plumes et que ceux-ci peuvent facilement être transportés ailleurs en voyageant sur vos vêtements et dans vos cheveux. Vous devriez donc employer les précautions nécessaires si vous devez aller à un endroit où il y a d’autres oiseaux (animaleries, expositions, volières, etc.).

 

Y a-t-il un traitement pour cette maladie? 

Non, malheureusement. On peut favoriser la survie de l’oiseau en le mettant dans un environnement avec stress minimal, et en lui donnant des traitements de support, incluant par exemple des antibiotiques ou antifongiques pour contrôler les infections secondaires.

 

Peut-on prévenir cette infection? 

Oui, absolument en s’assurant que seuls les oiseaux avec un test d’ADN négatif soient introduits dans un groupe d’oiseaux. Il est recommandé de tester tous les oiseaux susceptibles aux virus pour déterminer s’ils sont porteurs du circovirus. Ceci est particulièrement important pour les oiseaux reproducteurs, les oiseaux vendus aux animaleries et les oiseaux présentés au médecin vétérinaire pour un examen suite à l’achat.

 

© 2013 Dre Isabelle Langlois – Tous droits réservés. L’usage de ce document est permis à des fins professionnelles pour promouvoir la santé animale et informer les propriétaires d’animaux. Ce document ne peut en aucun cas être utilisé dans un cadre commercial sans autorisation expresse de l’auteur. Toute reproduction doit être intégrale, sans modification et elle doit mentionner le nom de l’auteur du document.