Le botulisme chez les chevaux, questions et réponses

Nicolas Herteman, D.M.V., I.P.S.A.V.
Jean-Pierre Lavoie, D.M.V., Dipl. ACVIM, Professeur titulaire en médecine interne équine

 

Les propriétaires de chevaux sont de plus en plus sensibilisés à la présence du botulisme sur le territoire québécois. Toutefois, nombre d’entre eux se posent des questions concernant la maladie ainsi que la prévention de celle-ci. Ce court texte tentera donc d’apporter des réponses aux questions les plus fréquemment posées auprès des médecins vétérinaires.
1. Est-ce que le Québec est une région très à risque?

Oui, on a noté des cas de botulisme partout au Québec.

2. Existe-t-il différents types de botulisme?

On distingue huit types (nommés de A à G) de toxines botuliniques différents, qui vont avoir une composition et des cibles différentes, mais le résultat final sera toujours le même. On retrouve surtout la toxine de type C en Europe, tandis que le type B est le plus fréquent en Amérique du Nord (avec occasionnellement des toxines C et A).

3. J’ai trouvé un animal mort dans mon foin. Quels sont les risques pour mon cheval?

Votre cheval serait à risque de contracter le botulisme, une maladie causée par les toxines libérées par Clostridium botulinium, une bactérie présente dans le sol et qui se multiplie en absence d’oxygène (anaérobiose). Ces conditions peuvent aussi être rencontrées dans le centre des balles de foins, qu’elles soient sèches ou humides, et plus rarement, dans la moulée. L’ensilage est d’ailleurs une technique de conservation du foin qui augmente les risques d’exposition à la toxine botulinique. Pour cette raison, on ne recommande pas l’utilisation de l’ensilage de foin chez les chevaux.

Le principe de l’ensilage repose sur le stockage de fourrage dans un milieu sans oxygène. La fermentation qui en résulte crée un milieu acide qui empêche la prolifération de ces bactéries. Le pH retrouvé dans les grosses balles de foin n’est souvent pas assez acide pour prévenir la multiplication de Clostridium botulinum. De plus, un trou dans l’enrobage du foin, ou la présence de terre ou de carcasses d’animaux (petits rongeurs), lesquelles sont riches en Clostridium botulinum, favoriseront les risques de contamination. Lors de leur réplication, ces bactéries libèrent des toxines qui vont s’accumuler dans les aliments. C’est l’ingestion de la toxine préformée, lorsque présente dans les aliments, qui causera les signes du botulisme chez le cheval. Il ne s’agit donc pas d’une infection qui pourrait être traitée par des antibiotiques, et il n’y a pas de danger de transmission de la condition entre les chevaux ou à l’humain.

4. Devrait-on vacciner son cheval si on nourrit à la grosse balle de foin sec?

Oui, surtout si celle-ci est enrubannée (enrobée de plastique). Il existe un vaccin pour la prévention des effets de la toxine botulinique de type B, qui est la plus fréquente au Québec. Le protocole vaccinal requiert initialement trois injections intramusculaires administrées à un mois d’intervalle, puis un rappel annuel suffira. Le vaccin ne protège pas contre les sept autres toxines botuliniques qui sont plus rares.

5. Quels sont les symptômes du botulisme?

Les premiers signes peuvent apparaître entre 6 et 24 heures suivant l’ingestion de la toxine, quoique si la quantité de toxine est faible, plusieurs jours peuvent être requis.  Les signes cliniques décrits plus bas sont suggestifs de la maladie, surtout lorsque plusieurs chevaux de l’écurie sont atteints.
La toxine exerce ses effets au niveau de la jonction neuromusculaire, c’est-à-dire la zone de communication entre les nerfs et les muscles. La toxine agit comme un barrage entre ces deux constituants, ce qui empêche la contraction musculaire ; on parle alors de paralysie flasque.

Les signes d’appels seront notamment :

  • Une faiblesse musculaire généralisée avec des tremblements au début de la condition, de la raideur lors de la marche, et une incapacité du cheval à se lever dans les stades avancés de la maladie. La mort résultera d’une paralysie des muscles de la respiration.
  • Des difficultés à se nourrir (notamment pour la préhension et la déglutition). Dans sa forme la plus légère, le seul signe clinique pourra être que le cheval mettra alors plus de temps à terminer ses repas. On note également de la dysphagie (difficulté à avaler), qui se traduit par l’accumulation de foin dans la bouche, une langue qui reste sortie de la bouche ou encore, des sécrétions verdâtres au niveau des narines avec des particules d’aliments (on parle de jetage alimentaire).
  • On trouvera parfois le cheval mort sans signe avant-coureur, situation résultant d’une paralysie respiratoire.
6. Que peut-on faire lorsqu'on suspecte le botulisme?
  • Un examen vétérinaire est essentiel dès les premiers signes suggestifs de botulisme. En attendant l’arrivée du médecin vétérinaire, il est important de confiner le cheval au box pour limiter l’activité musculaire et de remplacer les aliments récemment ingérés par d’autres provenant d’une autre source.
  • Le diagnostic est basé sur la présence des signes cliniques et l’exclusion des autres maladies neuromusculaires des chevaux. Il n’existe malheureusement pas de test permettant de confirmer le diagnostic sur le cheval vivant ou mort.
  • Selon la condition de votre cheval, il est probable que votre médecin vétérinaire recommande son hospitalisation.

Plan thérapeutique :

  • Il n’existe pas de traitement spécifique pour le botulisme.
  • L’administration d’antitoxine botulinique augmente le taux de survie.
  • Le confinement au box pour limiter l’activité musculaire est fortement recommandé. Des atèles (« sling ») spécialement conçus pour les chevaux sont souvent utilisés lorsque le cheval a de la difficulté à se lever ou à se tenir debout. Leur utilisation demande une expertise disponible seulement dans les hôpitaux vétérinaires.
  • Support nutritionnel et hydrique.
  • Amélioration du confort et soin aux plaies de décubitus.

Si vous suspectez que votre cheval puisse être atteint de botulisme, ou pour obtenir de plus amples informations sur la maladie ou le vaccin, n’hésitez pas à contacter votre médecin vétérinaire.