Les mygales

 

Taxonomie

Les mygales font partie de la classe des arachnides, qui compte environ trente-quatre mille espèces. Les mygales appartiennent au sous-ordre des mygalomorphes tandis les araignées communes de maisons appartiennent à celui des aranéomorphes. Parmi les mygalomorphes, la famille de théraphosidés est la plus représentée en captivité. La plus commune en animalerie se nomme mygale rosy (Grammostola rosea, anciennement Grammostola spatulata) et est originaire du Chili. Il est important de préciser que le terme « tarentule » est incorrect puisque la véritable tarentule est en fait Lycosa tarentula la fameuse araignée-loup dont la morsure est douloureuse, mais non mortelle.

 

Caractéristiques biologiques

La structure externe de la mygale, ou cuticule, constitue pour elle un véritable squelette extérieur et joue un rôle important de protection. Elle est essentiellement constituée de chitine, une protéine qui donne sa rigidité à la cuticule. L’araignée est formée de deux parties principales soit le céphalothorax, qui correspond à la fusion de la tête et du thorax, et l’opisthosome, qui correspond à l’abdomen.

Sur le céphalothorax des mygales, on retrouve leurs quatre paires de pattes au bout desquelles un coussinet de poils adhésifs leur permet de grimper sur des surfaces lisses et verticales.

En avant du céphalothorax, les mygales possèdent également une paire de chélicères et une paire de pédipalpes. Les chélicères sont des crochets servant à attraper les proies et à injecter le venin. Les pédipalpes sont quant à eux plus longs et ressemblent aux pattes, mais ils ne servent pas à se déplacer. Ils interviennent dans la manipulation des proies et chez le mâle, ils jouent un rôle dans l’accouplement.

À l’arrière de l’opisthosome se trouvent quatre filières, les glandes qui produisent la soie.

L’ouïe étant totalement inexistante et la vue peu développée, les araignées ont développé une incroyable sensibilité aux vibrations et aux déplacements d’air, grâce aux poils qui recouvrent entièrement leur corps.

 

Durée de vie

Le mâle vit normalement entre un et cinq ans, tandis que la femelle peut vivre entre 15 et 30 ans, selon les espèces. L’espérance de vie du mâle est inférieure à celle de la femelle puisque lorsque celui-ci arrive à maturité sexuelle, il n’est plus capable de muer et termine ainsi son cycle de vie.

 

À propos du venin et des poils urticants

Il faut faire attention aux risques de réactions allergiques que peut provoquer le venin. En général, une morsure provoque de fortes douleurs et une sensation de brûlure et peut entraîner de la fièvre et des vomissements pendant plusieurs jours. Les araignées provoquant les morsures les plus violentes sont les espèces asiatiques et africaines.

Les espèces américaines, possèdent quant à elles de nombreux poils urticants sur leur dos qu’elles peuvent éjecter lorsqu’elles se sentent en danger. Ces poils peuvent rester longtemps en suspension dans l’air et peuvent provoquer de fortes irritations et brûlures au contact de la peau, des muqueuses et du système respiratoire. En cas de contact, rincer à l’eau sans frotter et consulter un médecin.

 

Manipulation

La manipulation des mygales est à éviter, quelle que soit l’espèce. S’il est nécessaire de la saisir, il faut positionner le pouce et l’index au niveau du céphalothorax entre la deuxième et la troisième paire de pattes. Il est également recommandé de porter des gants lors des manipulations. Si vous voulez seulement la déplacer, utilisez une boîte en plastique muni d’un couvercle et un bâtonnet pour diriger à distance les mouvements de l’araignée.

 

Période d’activité et aspect social

Les mygales sont généralement solitaires et doivent être gardées individuellement pour éviter le cannibalisme. Elles ont des habitudes essentiellement nocturnes autant pour chasser, se reproduire, faire leur mue, etc. En ce qui concerne les rapports avec l’humain, la docilité ou l’agressivité que l’araignée démontre à notre égard est innée et instinctive et n’a rien à voir avec une logique de type affectif.

 

Environnement

Cage

Un aquarium de 10 gallons en verre est idéal pour un individu. Afin d’éviter que l’araignée ne se blesse, la hauteur de l’aquarium ne doit pas être excessive et il ne devrait pas contenir de cactus ou autres objets tranchants. Évitez de placer votre aquarium près d’une source d’air chaud ou froid, ou encore près d’une fenêtre.

Température 

La majorité des araignées vivent et se reproduisent sans difficulté aux températures régnant normalement dans nos maisons. À titre indicatif, la température doit être maintenue entre un minimum de 18 à 20°C et un maximum de 28 à 30 °C. L’essentiel est que la température demeure stable.

Éclairage

Les mygales étant des espèces nocturnes, il n’est pas nécessaire de leur fournir une source de lumière artificielle et il faut éviter de placer leur aquarium près d’une fenêtre. 

Humidité

Le taux d’humidité doit être maintenu entre 60 et 90% selon le climat d’origine de l’espèce que vous possédez. Un environnement trop sec peut empêcher le bon déroulement de la mue. Pour maintenir un taux d’humidité adéquat, placez dans le terrarium un récipient peu profond rempli d’eau, créant ainsi une petite flaque dans laquelle les araignées sont habituées de boire en nature.

Substrat

La vermiculite d’horticulture est sans doute le meilleur substrat, car elle satisfait les exigences de toutes les araignées. Cette substance absorbe une grande quantité d’eau et aide à préserver l’humidité dans le terrarium, prévenant ainsi les problèmes de déshydratation. Évitez les matériaux rêches et durs comme le sable ou la pierre puisque les araignées sont des animaux très délicats. 

Cachettes

Les araignées aiment se réfugier dans des cavités naturelles. On peut donc leur offrir des écorces en liège, des branches d’arbre ou des tubes de plastique. Les briques d’éponge synthétique utilisées comme support pour les compositions florales peuvent également être utilisées par les araignées pour construire des terriers et des cachettes.

 

Diète

Les insectes forment l’essentiel de l’alimentation des mygales. Grillons, vers de farine, mouches, drosophiles (mouches à fruit),  peuvent être offerts, pourvu qu’ils soient adaptés à la taille de votre mygale. Il est déconseillé de donner des souris nouveau-nés (pinkies) qui pourraient blesser votre araignée. Étant donné que les mygales sont des animaux nocturnes, il est préférable de les nourrir en soirée.

La fréquence à laquelle vous devez nourrir votre araignée est variable. Cela peut varier de quotidiennement à 1 à 2 fois semaine.

 

Mue

La cuticule externe des mygales ne peut pas grandir et les oblige à muer régulièrement au cours de leur croissance. Peu avant la mue, les mygales cessent de s’alimenter et cherchent à se cacher. Lors du processus de mue, qui peut durer jusqu’à plusieurs heures, les mygales sont généralement sur le dos, puis elles perdent progressivement leur ancienne cuticule, laissant apparaître la nouvelle. Il ne faut jamais tenter de retourner une mygale qui mue ni lui retirer ses lambeaux de mue, ce qui pourrait lui occasionner des blessures. Il est important que le taux d’humidité soit suffisant pour que la mue se déroule bien. Une fois adultes, les mâles cessent de muer tandis que les femelles continuent de muer en moyenne une à deux fois par an jusqu’à leur mort.

© 2013 Dre Isabelle Langlois – Tous droits réservés. L’usage de ce document est permis à des fins professionnelles pour promouvoir la santé animale et informer les propriétaires d’animaux. Ce document ne peut en aucun cas être utilisé dans un cadre commercial sans autorisation expresse de l’auteur. Toute reproduction doit être intégrale, sans modification et elle doit mentionner le nom de l’auteur du document.