Soins aux oiseaux juvéniles

 

Les principes de base

Protéger les oisillons de maladies infectieuses représente tout un défi. En effet, leur système immunitaire n’est pas pleinement fonctionnel; ils vivent dans un environnement chaud et humide; ils mangent de la purée chaude; sans compter qu’ils demeurent en contact avec leurs excréments. Tous ces facteurs les rendent plus susceptibles de développer divers problèmes de santé.

La prévention des maladies est réalisée en respectant les principes suivants:

  1. Éviter à tout prix de mélanger des oiseaux de différentes sources dans le même espace vital.
  2. Utiliser des seringues propres et désinfectées pour chaque oiseau à chaque repas.
  3. Se laver les mains entre chaque couvée d’oisillons.
  4. Nettoyer le pourtour du bec des oiseaux après chaque gavage s’il est souillé.
  5. Changer le papier de fond de cage après chaque repas.

Le poids des nouveau-nés doit être noté CHAQUE JOUR. Un oisillon doit prendre du poids de jour en jour jusqu’à la période du sevrage. Une perte de poids doit être considérée comme une situation urgente. À chaque repas, l’oisillon devrait être examiné par la personne qui le nourrit. Un médecin vétérinaire devrait être consulté aussitôt que des signes de maladie (gain de poids inadéquat, perte de poids, abattement, vidange anormale du jabot, malformation, etc.) sont notés. Les jeunes oisillons déplumés ont très peu de réserves, mais ils répondent bien aux traitements s’ils sont administrés peu de temps après que le problème ait débuté.

Les oisillons devraient être gardés dans le noir ou la pénombre entre les repas jusqu’à ce qu’ils soient sevrés. En effet, la plupart des perroquets nichent dans le creux d’un arbre où il y a peu de lumière.

 

Les repas

Les oisillons devraient recevoir 10 % de leur poids (g) en volume (ml) à chaque repas, et ce, basé sur leur poids du matin avant le premier gavage. Par exemple, un oisillon qui pèse 100 g le matin devrait recevoir 10 ml à chaque repas durant cette journée. Le jabot d’un oisillon doit être vide au matin. Il existe toutefois quelques exceptions quant au type de purée et au % du poids qui doit être gavé à chaque repas:

  • Cacatoès blanc (Cacatua alba), Cacatoès à huppe rouge (Cacatua moluccensis), Cacatoès de Leadbeater (Cacatua leadbeateri): devraient recevoir 10 % de leur poids jusqu’à trois repas par jour. Ensuite, ils devraient recevoir seulement 8 % de leur poids.
  • Cacatoès banksien (Calyptorhynchus magnificus), Cacatoès noir (Probosciger aterrimus), Cacatoès à tête rouge (Callocephalon fimbriatum), Ara hyacinthe (Anodorhynchus hyacinthinus), Ara chloroptère (Ara chloroptera), Conure doré (Aratinga garouba), Cacatoès nasique (Cacatua tenuirostris) : devraient recevoir une diète spécialement conçue pour les Cacatoès noirs . *Diète des Cacatoès noirs: 70 g de pâté de gavage pour aras auxquels sont ajoutés 20 g d’huile de tournesol, 40 g de pommes fraîches, 40 g de brocoli frais et 230 g d’eau de source.
  • Les Aras hyacinthe devraient recevoir 12 % de leur poids, les Aras chloroptère 11 % de leur poids et tous les autres oiseaux de ce groupe devraient recevoir 10 % de leur poids à chaque repas.
  • Toutes les autres espèces d’Aras ainsi que les Caiques, les Conures soleil, les Éclectus et les Gris d’Afrique devraient recevoir une pâté de gavage spécialement conçue pour les Aras. Ces oiseaux devraient recevoir 10 % de leur poids par repas, sauf pour les Aras de Buffon (Ara ambiga) qui devraient recevoir 12 % de leur poids par repas.

 

Horaire des repas suggéré selon l’espèce 

3 repas  par jour; à partir de 20-45 jours, selon l’espèce

  • 20-25 jours:   Calopsittes élégantes
  • 25-30 jours: Conures soleil, caiques, Gris d’Afrique, Éclectus, Conures dorés,  Amazones, Cacatoès rosealbin (Eolophus roseicapillus)
  • 30-35 jours: Cacatoès et Aras de petite taille
  • 40-45 jours: Cacatoès de grande taille, Aras de taille moyenne et de grande taille 

2 repas par jour; à partir de 30-70 jours, selon l’espèce

  • 30-35 jours:   Calopsittes élégantes
  • 35-40 jours:   Conures soleil, Caiques
  • 40-45 jours:   Gris d’Afrique, éclectus, Amazones, conures soleil, cacatoès et aras de                                            petite taille
  • 50 jours:         Cacatoès de grande taille
  • 50-55 jours:   Cacatoès noirs, aras de Lafresnaye (Ara rubrogenys)
  • 55-65 jours:   Aras canindé (Ara glaucoguralis)
  • 60-65 jours:   Aras de grande taille
  • 65-70 jours:   Aras hyacinthe

1 repas par jour, à partir de 40-100 jours, selon l’espèce

  • 40-50 jours:   Calopsittes élégantes
  • 50-60 jours:   Conures soleil, Caiques
  • 55-60 jours:   Amazones et Aras de petite taille
  • 60-70 jours:   Gris d’Afrique, Éclectus, Conures dorés, Cacatoès de petite taille
  • 70-80 jours:   Cacatoès de grande taille, Aras de Lafresnaye
  • 90-100 jours: Aras canindé, Aras de grande taille y compris les Aras hyacinthe

Sevrage, à partir de 50-170 jours, selon l’espèce

  • 50-65 jours:   Calopsittes élégantes
  • 75-85 jours:   Conures soleil, Caiques, Amazones
  • 80-90 jours:   Aras de petite taille, Conures dorés
  • 85-95 jours:   Éclectus et Cacatoès de petite taille
  • 90-100 jours: Gris d’Afrique
  • 95-105 jours: Cacatoès de grande taille
  • 100-120 jours:           Grand cacaotès à huppe jaune (Cacatua galerita), Cacatoès à huppe rouge
  • 110-120 jours:           Aras canindé et Aras de Lafresnaye
  • 120-130 jours:           Aras de grande taille
  • 120-150 jours:           Cacatoès noirs (Cacatua aterrimus)
  • 130-140 jours:           Cacatoès banksien
  • 135-160 jours:           Aras de grande taille
  • 150-170 jours:           Cacatoès noirs (Cacatua goliath)

Recommandations advenant le cas où les oisillons doivent être retirés du nid dès le jour 1  

Tous les nouveau-nés doivent être nourris avec une pâtée diluée durant les 3 premiers jours de leur vie. Cette pâtée diluée (35 ml d’eau avec 1 cuillère à table de pâtée d’élevage) est donnée toutes les 2 heures le jour 1 et le jour 2, sauf durant la nuit pour permettre au jabot de se vider. Au jour 3, les oisillons devraient être nourris toutes les 3 heures. Au jour 4, les petits oiseaux devraient être nourris 5 fois par jour et ceux de taille supérieure à celle d’un Conure devraient être nourris 4 fois par jour. Les oisillons devraient alors recevoir une pâtée non diluée.

 

Juvéniles

À partir du moment où l’oiseau mange deux repas par jour, la nourriture solide devrait être offerte. De bons exemples de nourriture solide incluent : bâtonnets de sevrage, moulée, fruits et légumes tendres. Plus tard, des fruits et des légumes plus fermes ainsi que des noix de qualité sans écaille peuvent être ajoutés à la diète. Il est primordial de mettre beaucoup de nourriture à la disposition de l’oiseau partout dans sa cage. Ne mettez surtout pas la nourriture uniquement dans un bol à cet âge. La taille des aliments offerts est aussi très importante. Les jeunes Aras peuvent avaler des morceaux de nourriture beaucoup trop gros pour eux, ce qui peut entraîner une obstruction digestive. Assurez-vous de couper les aliments en petits morceaux.

À partir du moment où l’oiseau mange, un repas par jour, un bol d’eau peut être offert.

 

Le sevrage

Le poids des oiseaux juvéniles doit être suivi de près durant la période de sevrage. Certains oiseaux ne perdent pas de poids au cours du sevrage. Cependant, une perte de poids jusqu’à 15% du poids de l’oiseau avant le sevrage est normale chez les perroquets. Il est essentiel de ne jamais forcer un oiseau à sevrer. Chaque oiseau doit être considéré individuellement et sevré à son propre rythme.

Durant la période du sevrage, certains oiseaux peuvent nécessiter un ajustement des heures de repas. Une collation ou une plus petite quantité de nourriture peut être nécessaire entre les repas, plus particulièrement en après-midi lorsque les oiseaux reçoivent 2 repas par jour.

Finalement, les oiseaux juvéniles devraient toujours pouvoir apprendre à battre des ailes et voler avant leur première taille d’ailes. Ceci est particulièrement important pour les espèces trapues et/ou gauches telles que les Gris d’Afrique, les Amazones, les Calopsittes élégantes et autres. Dans un même ordre d’idées, il est préférable d’attendre que l’oiseau soit parfaitement sevré et en possession de ses moyens avant d’effectuer la première taille de griffes. Cette pratique contribue à diminuer les risques de blessure due à l’inexpérience chez les jeunes oiseaux.

 

Conclusion

La nutrition des oiseaux est importante à tous les stades de leur développement. Un oiseau nouveau-né qui reçoit une bonne alimentation a toutes les chances de devenir un oiseau juvénile en santé. Conséquemment, un juvénile en santé a de meilleures chances de devenir un adulte en pleine forme. Donc, nourrir adéquatement un oiseau à la main dès son tout jeune âge est primordial.

 

© 2013 Dre Isabelle Langlois – Tous droits réservés. L’usage de ce document est permis à des fins professionnelles pour promouvoir la santé animale et informer les propriétaires d’animaux. Ce document ne peut en aucun cas être utilisé dans un cadre commercial sans autorisation expresse de l’auteur. Toute reproduction doit être intégrale, sans modification et elle doit mentionner le nom de l’auteur du document.