Animal accidenté

Par Édouard Martin, D.M.V., I.P.S.A.V., clinicien enseignant en urgentologie et soins intensifs

 

Si votre animal a été accidenté, il est important de prendre des précautions pour éviter d’aggraver la situation (pour l’animal, le propriétaire ou d’autres personnes) avant la consultation chez le vétérinaire :

  • Il faut éviter de provoquer d’autres accidents en agissant de manière sécuritaire : se stationner sur le côté de la route dans un endroit sécuritaire, se rendre visible s’il fait nuit, garder son calme…
  • Il faut éviter de se faire mordre car même s’ils sont gentils, les animaux traumatisés sont souvent stressés et en douleur. Vous pouvez leur mettre une muselière au besoin (assurez-vous qu’il peut respirer correctement avec une muselière).
  • Si l’animal semble avoir des difficultés respiratoires, dégagez les voies respiratoires supérieures (gueule, narines) au besoin.
  • Il faut essayer de déplacer l’animal le moins possible (surtout s’il semble en douleur, avoir une fracture, des saignements ou des difficultés respiratoires). Il est préférable de le garder en position sternale ou sur le côté et maintenir la colonne vertébrale bien droite. Si possible, gardez-le sur un plan dur (planche) pour le transporter. Il est important de le garder au chaud en le couvrant avec une couverture.
  • Il est déconseillé de donner tout médicament à votre animal sans avis vétérinaire car ceci pourrait aggraver sa condition.
  • Il est possible que votre animal présente des hémorragies (pertes de sang) pouvant mener jusqu’à sa mort. En cas de saignement externes, vous pouvez essayer de comprimer la plaie avec du tissus propre ou des gazes stériles.
  • Il est possible qu’il présente aussi des saignements internes non visibles (dans l’abdomen, les poumons…) mais seul votre vétérinaire pourra diagnostiquer et prendre en charge ces saignements, d’où l’importance de consulter rapidement un vétérinaire. En cas de saignements internes, les signes cliniques visibles sont une faiblesse, des muqueuses pâles et une augmentation de la fréquence respiratoire.
  • Il est possible que l’animal ait une fracture. Lors d’une fracture d’un membre, l’animal va généralement boiter et ne pas poser son membre (qui pourrait être gonflé et avoir une orientation anormale). Les fractures de bassin ou de colonne sont parfois moins évidentes à observer. Les patients sont souvent en douleur et réticents à se déplacer. Il est essentiel de les manipuler le plus précautionneusement possible, comme décrit précédemment, pour éviter d’aggraver la situation.

 

Même si l’animal semble bien aller après le traumatisme, il est essentiel qu’il ait une évaluation par un vétérinaire rapidement afin de s’assurer qu’il n’y ait pas de lésion interne (hémorragies, pneumothorax, contusions pulmonaires, hernies…) ou autres complications (trauma crânien, fractures non évidentes, arythmies cardiaques…) pouvant engager le pronostic vital. Par ailleurs, les lésions internes peuvent évoluer jusqu’à 48-72h après le traumatisme. Il est donc important de surveiller votre animal et de les garder au repos les jours suivants.

 

Voir toutes les fiches documentaires (animaux de compagnie)