Intoxication aux médicaments humains

Par Édouard Martin, D.M.V., I.P.S.A.V., clinicien enseignant en urgentologie et soins intensifs

 

Les intoxications avec des médicaments humains sont des motifs de consultation fréquents en urgence. Cela peut être secondaire à une ingestion accidentelle de médicaments ou une automédication de la part des propriétaires. Certains médicaments humains, anodins pour nous, peuvent être fatals chez nos animaux de compagnie après une seule administration. Il est donc fortement recommandé de ne jamais donner un médicament sans avis vétérinaire à votre animal de compagnie.

Voici les principales intoxications médicamenteuses rencontrées, mais cette liste n’est pas exhaustive.

Intoxication à l’acétaminophène 

L’acétaminophène est un médicament courant et anodin pour l’homme. Par contre, il est très toxique pour nos animaux de compagnie, notamment le chat qui ne le métabolise pas comme nous.

Chez le chat, un comprimé de 500 mg est toxique et peut être mortel. L’acétaminophène va rapidement (en quelques heures) empêcher le transport de l’oxygène dans le sang (par formation de méthémoglobine, hémoglobine non fonctionnelle pour transporter l’oxygène) et potentiellement causer des lésions au foie. Le chat va alors présenter de la faiblesse, des difficultés respiratoires, des muqueuses bleues, voire couleur chocolat, des vomissements et une enflure de la face. Si votre chat a consommé de l’acétaminophène, vous devez contacter immédiatement un vétérinaire. Une consultation sera nécessaire afin de le décontaminer et mettre en place des traitements de support. Dépendamment de la dose, le pronostic peut être bon à sombre.

Chez le chien, la dose toxique est plus faible (à partir de 100 mg/kg) car il métabolise mieux l’acétaminophène. La toxicité est principalement hépatique mais peut aussi causer la formation de méthémoglobine. Même si la toxicité est moins importante chez le chien, contactez un vétérinaire afin de s’assurer que la prise soit adéquate au besoin.

 

Intoxication aux anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène, naproxen, diclofenac, etc.) 

L’intoxication aux anti-inflammatoire est très fréquemment rencontrée en urgence. Les anti-inflammatoires peuvent avoir des effets toxiques sur différents organes :

  • Le tube digestif : les anti-inflammatoire peuvent causer des ulcérations digestives se manifestant par de l’anorexie, des vomissements pouvant contenir du sang, de la diarrhée pouvant être hémorragique ou noire (sang digéré, appelé melena). Dans les cas les plus marqués, les ulcération de l’estomac peuvent causer une perforation de ce dernier, entraînant une péritonite se manifestant par un abattement important et de la douleur abdominale. Ceci nécessite une prise en charge rapide par votre vétérinaire.
  • Les reins : les anti-inflammatoires nuisent entre autre à la perfusion des reins pouvant causer une insuffisance rénale aiguë dans les jours suivant l’ingestion. Les signes cliniques sont peu spécifiques : abattement, anorexie, vomissement, augmentation de la consommation d’eau/émission d’urine. Dans les cas les plus sévères, les reins peuvent arrêter complètement de produire de l’urine, nécessitant une prise en charge beaucoup plus intensive.
  • Dans certains cas il peut y avoir une atteinte hépatique voire des troubles de la coagulation.

 

Les effets toxiques peuvent être plus importants chez les patients ayant déjà des maladies rénale ou hépatique ou recevant d’autres médicaments comme les corticostéroïdes. Chaque molécule a une dose toxique différente et des effets secondaires (lésions plus digestives ou rénales…) qui lui sont spécifiques. Il est donc important de contacter rapidement votre vétérinaire afin qu’il détermine si la dose ingérée est toxique et qu’il prenne en charge rapidement votre animal au besoin.

Si l’ingestion est récente, votre vétérinaire va décontaminer le patient (induction de vomissements, administration de charbon activé et d’intralipides au besoin) pour limiter l’absorption du toxique et les effets secondaires. Une hospitalisation avec traitement de support (protecteur des muqueuses, fluides par voie intraveineuse…) sera probablement nécessaire. Des prises de sang permettront de suivre l’évolution des paramètres rénaux et hépatiques. Selon l’évolution du patient et les résultats des prises de sang, traitements seront adaptés pendant l’hospitalisation. Le pronostic est très variable (d’excellent à sombre) dépendamment de la molécule et de la dose ingérée.

 

Intoxication aux antidépresseurs

Il existe de nombreuses molécules antidépresseurs (fluoxetine, sertraline, amitriptyline, clomipramine, selegiline, etc.). Les signes cliniques sont variés et apparaissent généralement dans les heures suivant l’ingestion : agitation, nervosité, pupilles dilatées, tremblements, pertes d’équilibre, troubles digestifs, troubles du rythme cardiaque. La prise en charge dépend de la molécule et de la dose ingérée. Une hospitalisation est souvent nécessaire pour administrer des traitements de support et gérer les complications au besoin.

 

Intoxication aux contraceptifs ou progestatifs

Les pilules contraceptives contiennent soit un progestatif ou une combinaison de progestatif et d’oestrogène. Ces médicaments contiennent de petites quantité d’hormones sexuelles ne causant généralement pas de symptôme. Si une grande quantité est ingérée, il est possible que l’animal présente des troubles digestifs ou de la somnolence. Si votre animal est gestant, une prise répétée d’oestradiol (comme l’ethinylestradiol) peut entraîner un avortement.

Les traitements pour les troubles de la ménopause, sous forme de gel ou comprimés, contiennent des  progestatifs seuls. Une seule ingestion n’est pas toxique mais des signes hyperoestrogénisme ont été noté lors de léchage répété du gel appliqué sur les propriétaires : oedème de la vulve, hypertrophie des mamelles voire hémorragies génitales.

 

Voir toutes les fiches documentaires (animaux de compagnie)